POUR UNE PREMIERE APPROCHE DU RECIT SUR CAÏN ET ABEL : LE MEURTRE DU FRERE

Nous sommes au début du premier livre de la Bible, la Genèse. Juste après les récits de la création de l'homme et de la femme, Adam et Eve, et leur départ du Paradis après l'épisode du "péché originel". L'épisode que nous lisons commence en rapportant la naissance de Caïn et Abel, les premiers enfants d'Adam et Eve. Le récit va rapidement devenir violent.
La question que nous nous poserons est : comment lire un texte dont beaucoup d'éléments peuvent nous surprendre ? Sur quels éléments se base pour éviter les contresens ?

Après une première lecture

Dans un texte nouveau, il faut toujours porter un intérêt particulier à ce qui surprend, choque ou interroge. Notons alors tout d'abord que ce texte relate un fait grave et que pourtant il est très bref. Ceci nous invite à accorder de l'importance à ce qu'il choisit de dire et à ce qu'il tait.
Voyons alors ce que présente le texte :
En fait, le texte ne s'attarde vraiment que sur les dialogues entre le Seigneur et Caïn, avant et après le meutre. Ce faisant, il nous dit que ces passages sont d'une particulière importance pour la compréhension du texte.

L'avertissement à Caïn

Après avoir demandé à Caïn la raison de son abattement, le Seigneur lui propose un choix : dominer ou non la tentation qui se présente à lui ("les désirs [du péché] se portent ver toi"). Oubliée l'offrande, oublié Abel, ce que nous dit le texte, c'est que l'enjeu, ici, est la tentation de mal agir, et qu'il est possible de la dominer.

Le dialogue après le meurtre

C'est la partie la plus longue du texte, faisons trois remarques sur des points qui peuvent nous donner à penser :

Enjeux du texte

Après cette première approche de Genèse 4, il est sans doute possible de mieux comprendre certains silences à des questions que nous avons pu nous poser spontanément  :
En fait, il nous est donné de découvrir un peu comment travaillent les auteurs bibliques. L'approche que nous avons suivie nous dit qu'à travers le récit de Caïn et Abel, leur souci est sans doute d'abord de dire des choses essentielles sur la possibilité offerte à l'homme de choisir entre le bien et le mal, sur le soin à avoir de son frère, sur la vie et la mort d'un homme...
Dans cette perspective, gardons aussi une question : que nous dit le fait que le premier récit de la Bible, après ceux de création, soit un récit de meurtre du frère ?

Retour en haut